header banner
Default

Voici comment vivent Linda Tol et Renwe Jules aux Pays-Bas, qui sont des icônes du style


Linda Tol et son partenaire Renwe Jules sont légèrement en retard à l’interview. Le couple revient tout juste de Milan : tous deux sont fatigués mais gardent leur bonne humeur. « Si le bébé se réveille, je devrai aller m’en occuper quelques instants », nous prévient Linda Tol, mais sa petite dernière, Lila Amelie Jules, dort à poings fermés, de quoi nous laisser tout le temps pour un entretien approfondi.

Cette influenceuse et ce gérant de café forment sans l’ombre d’un doute l’un des couples les plus cool du monde de la monde. Leur style témoigne d’une nonchalance simple sans tomber dans les affres de l’ennui, une qualité dont seuls le Danemark ou les Pays-Bas semblent avoir le secret. Tout juste revenus de Milan où ils ont assistés aux défilés de la Fashion Week, tous deux se préparaient alors à rejoindre Paris. Ils connaissent très bien la capitale italienne de la mode : ils y ont vécu quelques années, jusqu'à ce que l'envie de fonder une famille et de rentrer chez eux, aux Pays-Bas, se fasse de plus en plus pressante.

Retour en arrière. Linda et Renwe, qui forment un couple depuis près de vingt ans, décident de faire leurs valises et de quitter Milan. Nous sommes alors avant la pandémie : force est de reconnaître que cet événement a tant bouleversé la vie de chacun qu’il est devenu un repère temporel à part entière. Ils ont mis en vente l’appartement qu’ils avaient encore en copropriété aux Pays-Bas, où il est d’usage d’acheter et non de louer, et ont investi le produit de la vente dans une maison de ville de 200 mètres carrés dans le quartier de Haarlem, au nord-ouest d’Amsterdam. Ils y emménagent en 2020, et y vivent depuis à quatre. Depuis, Renwe a ouvert un café non loin du canal de Harleem. Il va sans dire que le couple a bien pris ses marques.

Le jardin donne directement sur une salle à manger ouverte. À gauche, la cuisine. Le couple est très attaché à cette grande table au centre de la pièce : « Nous faisons tout sur cette table. C’est là qu’on prend le café, qu’on travaille et qu’on mange. »

Daniëlle Siobhán

Linda Tol et Renwe Jules : interview pour AD

VIDEO: Inside Vanessa Seward's modernist duplex designed by Dubuisson | Une Fille Un Style | Vogue Paris
Vogue France

Parlez-nous de votre maison. Qu’est-ce qui vous a attirés à Haarlem ?

Linda : Nous avons vécu longtemps à Milan, mais à un moment donné, nous nous sommes rendu compte que nous avions envie de retourner aux Pays-Bas. Les loyers sont exorbitants à Milan, et nous étions constamment en déplacement. À l’époque, nous avions déjà pour projet de fonder une famille, alors il fallait trouver quelque chose de plus grand. C’est à ce moment là que nous avons trouvé cette maison sur le site d’une agence immobilière, à Haarlem, une commune au nord d’Amsterdam. Nous ne connaissions personne là-bas, mais cette maison de ville nous a tout de suite tapé dans l’œil. Nous l’avons donc visité et nous avons dû prendre notre décision en deux heures !

Renwe : Je me rappelle le moment où nous sommes rentrés. On a direct pensé : « c’est magnifique ici ». La luminosité est spectaculaire. Nous sommes partis durant l’été 2019, juste avant la pandémie. Le timing était parfait.

Vous avez donc fait une offre rapidement ?

Linda : Exactement. Quelques heures plus tard, l’agent immobilier nous a rappelés et nous a annoncé : « Félicitations, vous déménagez à Haarlem ! »

Renwe : Mais nous avons tout de même dû attendre huit mois avant d’avoir les clefs, le temps que les anciens propriétaires aient fini de construire leur maison.

Linda : Quand nous avons acheté, je n’étais pas encore enceinte, et au moment de déménager, nous avons appris que j’attendais un enfant. Encore une fois, timing parfait !

Cette nouvelle cuisine au style Reform est la pièce maîtresse de la maison, selon Linda Tol.

Daniëlle Siobhán

Dans quel état se trouvait la maison au moment de l’achat ?

Linda : Il n’y avait presque rien à rénover. Il y avait juste le parquet, qui était gris foncé. Nous l’avons fait enlever. Sinon, nous avons aussi fait faire une nouvelle cuisine, mais c’est tout récent.

Comment vous y êtes vous pris pour concevoir votre nouvel intérieur ? Aviez-vous un moodboard ?

Linda : Pas vraiment, nous avions plutôt une wishlist, sur laquelle figurait par exemple le canapé Arflex. Nous avons également compilé un grand nombre d’inspirations d’aménagement d’intérieur sur Instagram. Nous avons vécu dans tellement d’endroits, chaque appartement était différent. Avant, nos appartements étaient très colorés, alors nous avons voulu revenir à une palette chromatique plus neutre en investissant dans des meubles. Pour cela, nous avons étudié l’espace. C’était important pour nous de construire un intérieur qui soit minimaliste mais qui n’en demeure pas moins chaleureux et accueillant, et pour obtenir ce résultat, nous avons joué avec divers matériaux. Certains meubles sont neufs, d’autres sont vintage, d’autres ont déménagé avec nous. Nous adorons Catawiki et nous parcourons ce site pour chiner des pièces exceptionnelles.

Avez-vous adapté vos méthodes d’aménagement par rapport au désir de fonder une famille ?

Linda : Eh bien, on ne peut pas vraiment dire que le choix de couleurs soit très kid-friendly (rires). Beaucoup de gens qui nous rendent visite nous souhaite bonne chance par rapport à ce choix. Peut-être que notre salon ne sera pas l’endroit idéal pour un goûter d’anniversaire, mais c’est comme ça. Notre fils aîné sait qu’il n’a pas le droit de manger sur le canapé. Nous voulons vivre avec des meubles que nous aimons, et je pense qu’on peut l’enseigner aux enfants.

Est-ce un sujet que vous abordez avec lui ?

Linda : Non, pas vraiment. Nous parlons plutôt de bon comportement en général. Je ne voudrais pas qu’il saute sur le canapé ou qu’il tire sur les rideaux chez quelqu’un d’autre, alors il ne le fait pas ici non plus. Certaines personnes mettent des protections sur tous les coins de meuble chez eux, mais je trouve plutôt important que mes enfants apprennent où ils ont le droit de jouer et où c’est interdit.

Ce canapé Strips de Cini Boeri (Arflex) a longtemps fait partie de la wishlist du couple, et trône désormais face à un fauteuil vintage de Pierre Paulin. La petite table basse a été conçue par le couple. Un tabouret orange de chez India Mahdavi apporte une touche colorée à la pièce.

Daniëlle Siobhán

Outre une palette de couleur minimaliste, vous avez fait le choix de mélanger des matériaux variés.

Linda : Oui, je trouve que ça donne un charme naturel à une maison. Les couleurs sont toutes un peu les mêmes, mais ces différences de textures permettent un rendu agréable et chaleureux. Le tapis vert ajoute une touche de confort. Nous avons accroché des œuvres d’Atelier de Rijk derrière le canapé, nous adorons leur travail.

Avez-vous un meuble préféré ?

Renwe : La vitrine vintage. Nous l’avons achetée aux enchères sur Catawiki au nouvel an. Nous avons pu l’avoir à bon prix car il y avait très peu d’acquéreurs pour nous faire concurrence à une telle heure. Nous l’avions déjà dans notre premier appartement à Amsterdam.

Linda : J’adore notre table à manger. Nous l’avons fait faire sur mesure pour chez nous. En fait, nous passons nos journées à cette table.

Vous avez dit plus tôt que vous avez une nouvelle cuisine. Avec qui avez-vous travaillé et quel était votre concept ?

Linda : Oui, nous avons changé car l’ancienne cuisine était très dure à entretenir. Nous avons désormais du bois, et il va développer au fil du temps une patine qui donnera un air chaleureux et accueillant à la pièce. La cuisine est le cœur de la maison. C’est là où nous commençons et finissons chacune de nos journées.

Le tableau blanc qui surplombe la salle à manger a été réalisé par l’artiste plasticienne Annemieke van Beek. Elle possède une plateforme, Art in Return, qui vend des œuvres et propose des échanges. En retour, Linda Tol lui a offert une séance photo. La table a été conçue par le couple, qui a collaboré avec un artisan local. En dessous, un tapis de chez Nordic Knots, et au-dessus, un vase conçu par Louise Roe.

Daniëlle Siobhán

Avez-vous toujours les mêmes goûts ?

Linda : Oui, complètement. Renwe aime quand il y a plus de couleur.

Renwe : Oui, pour moi, il pourrait y avoir un peu plus de couleur ici et là. J’aime le orange et le vert. Sinon, je suis plutôt du genre à aimer les meubles pratiques avant tout. Nous n’avons pas d’animaux, ce qui s’en rapprocherait le plus, ce serait nos deux grosses plantes (rires). Je trouve que les plantes améliorent toujours l’atmosphère d’une pièce. J’aime également m’occuper de notre jardin.

Linda : Beaucoup de nos voisins ont aménagé un jardin d’hiver là où se trouve leur jardin. L’idée nous a également traversé l’esprit. Peut-être qu’un jour nous en ferons un.

Depuis combien de temps êtes-vous en couple ?

Linda : Depuis déjà 19 ans. Je travaillais dans un marché, et il venait faire ses courses à mon stand. C’est comme ça que nous nous sommes rencontrés. Et puis on jour, nous nous sommes recroisés par hasard. À l’époque, MSN était un truc énorme. On a beaucoup chatté, pendant au moins un an, avant de se revoir.

Le couple a préféré des couleurs plus neutres, d’où le choix du beige. Dans le salon, l’étagère Tylko sert de bibliothèque avec des livres et des vases, devant un fauteuil lounge chair de chez Gubi.

Daniëlle Siobhán

Dans combien d’endroits avez-vous vécu ensemble ?

Renwe : Cinq ? Nous avons d’abord emménagé au sud d’Amsterdam, puis dans le centre.

Linda : Et il y a eu aussi tous les appartements à Milan, on était constamment en train de déménager. Je crois qu’il y en a eu sept en tout.

Est-ce que vous considérez que vous êtes enfin installés pour de bon ?

Linda : Je ne sais pas encore. C’est génial pour les enfants, et c’est très calme. Il y a une bonne école accessible à pied. Mais qui sait ce que l’avenir nous réserve ? J’adore les chevaux et je rêve de vivre dans une maison avec un immense terrain pour y fonder un élevage.

Renwe : Pour l’instant, c’est parfait. Nous avons plein d’espace et nous sommes proches de la plage.

Et puis vous avez ouvert un café à Haarlem ?

Renwe : C’est ça. Le Jules Coffee a ouvert il y a environ un an et demi. Cela faisait déjà un an que nous avions cette idée en tête. J’ai ensuite travaillé comme barista pour acquérir de l'expérience.

Linda : Renwe a travaillé dans un des meilleurs bars d’Haarlem. Quand la gérante nous a proposé de reprendre la boutique, c’est là que nous avons vraiment su que nous voulions ouvrir quelque chose d’unique et de vraiment à nous. Nous sommes au bord de la Spaarne. Nous avons une communauté géniale, avec plein d’habitués qui viennent tous les jours. Pour aménager l’intérieur du café, nous avons travaillé avec Space Projects. Nous voulions que les gens se sentent à l’aise chez nous. C’est un endroit chaleureux et agréable, il n’y a aucun angle agressif, uniquement des meubles aux formes courbes et arrondies. La céramique de November Studios est faite à la main. Bien sûr, cela représente un certain investissement, mais ça vaut le coup.

Le Jules Coffee est-il votre activité secondaire ou principale ?

Renwe : J’y passe chacune de mes journées. C’est un peu comme mon troisième enfant.

Linda : Je m’occupe de tout ce qui est backoffice et j’y suis quand je ne suis pas en voyages. Mon activité principale, c’est mon travail de Digital Talent et de créatrice de contenu. Je conseille également des marques dans leur stratégie numérique.

Vous nous avez raconté que vous avez conçu votre table à manger sur mesure. Est-ce que vous envisagez ça comme une voie potentielle pour expérimenter davantage dans le domaine du design ?

Linda : Oh non, pas du tout. C’était génial de faire ça pour chez nous, mais seulement parce que je ne trouvais rien qui nous correspondait. Le design, on préfère laisser ça aux autres !

Pour se détendre au coin du feu, le couple a installé près de sa cheminée un fauteuil Camaleonda de Mario Bellini et une table d’appoint de Knoll. La lampe sans fil Panton vient de &Tradition.

Daniëlle Siobhán

Linda Tol et Renwe Jules forment un couple depuis 19 ans. Ici avec leurs enfants, Lila Amelie et Louie Gene.

Daniëlle Siobhán

Cette vitrine Mid-Century, juste à côté de la chaise Frama, est le meuble préféré de Renwe Jules. Linda et lui l’ont acheté aux enchères au nouvel an : « Nous étions à une fête et nous avions totalement oublié que nous avions fait une offre. Nous vivions à Amsterdam, à l’époque. Le lendemain matin, nous avons dû trouver un moyen de la faire monter dans notre appartement au troisième étage. » La peinture est signée Julie Haverkamp.

Daniëlle Siobhán

L’armoire d’angle est un reliquat des anciens propriétaires, que Renwe Jules et Linda Tol ont reconvertie en trésor. On y trouve, de haut en bas : un vase que Linda a peint lors d’un événement, et un autre, tout en noir, de Louise Roe. Les trois vases à l’étage inférieur sont des pièces vintage, le candélabre orange vient de l’atelier de céramique italien Oh Hi! Lab. Le couple a trouvé ces deux éléments de décoration en argent chez Les Objets. Les statuettes d’animaux en bois viennent du Japon, à côté d’un vase vintage noir et blanc et d’une céramique fabriquée par Willem van Hooff. Au dernier étage de ce trésor, on retrouve une lampe de table Panthella de chez Louis-Poulsen ainsi qu’un bougeoir de chez November Hands.

Daniëlle Siobhán

À la naissance de Lila, une amie de la famille a offert ces animaux en bois provenant du Japon. Ils sont tirés d’une série de jouets des années 1960, Senshukai Royal Figure, trouvable sur Etsy ou eBay.

Daniëlle Siobhán

Le couple voulait jouer avec les textures et les matières. Les tableaux de chez Atelier de Rijk au mur en sont un parfait exemple.

Daniëlle Siobhán

Une tapisserie de Thomas Coccimiglio pour Édition de Tapis surplomble le lit de chez Made.com. Literie : Tekla. Luminaires de Louis Poulsen (à droite) et Oluce (à gauche).

Daniëlle Siobhán

Derrière le fauteuil Little Petra de chez &Tradition – création de l’architecte danois Viggo Boesen –, sur l’ancien manteau de cheminée, sont disposées de gauche à droite des œuvres de Casa Gitane, Edith Beurskens et Merci Paris.

Daniëlle Siobhán

La maison était en très bon état lorsque le couple y a emménagé, si bien qu’il n’a pratiquement pas fallu la rénover. Ils ont toutefois fait ouvrir le mur de la salle de bains pour donner une impression de suite d’hôtel.

Daniëlle Siobhán

Les rideaux proviennent du label danois &Drape, tandis que le canapé Togo est de Ligne Roset. À droite, on trouve la chaise F_21, une création du designer néerlandais Ruud-Jan Kokke, dont on trouve les œuvres au Stedelijk Museum d’Amsterdam ou au Museum of Modern Art de New York. Il vend ses meubles réalisés sur commande uniquement via Kokke House. La coupe ainsi que la table en travertin sur laquelle elle se trouve sont toutes deux des trouvailles vintage.

Daniëlle Siobhán

Le luminaire en forme de smiley est de Mr Maria. D’autres touches de couleur sont disséminées ici et là avec le fauteuil Eames, une pièce vintage, et par le tapis, un cadeau offert par des amis. Les parents ont trouvé le dessin représentant un éléphant au musée YSL de Marrakech, l’écureuil et le chien sont des impressions de Fine Little Day, la carte des étoiles provient de Mr Starksy. Lit : Oliver Furniture.

Daniëlle Siobhán

Dans une des chambres des enfants, on trouve un tipi de chez Kid’s Concept, ici occupé par des peluches. Oiseau en peluche de chez Merilou.nl.

Daniëlle Siobhán

Article initialement publié sur AD Allemagne.

Sources


Article information

Author: Jill Davis

Last Updated: 1702413603

Views: 1018

Rating: 4.7 / 5 (30 voted)

Reviews: 82% of readers found this page helpful

Author information

Name: Jill Davis

Birthday: 1916-05-11

Address: 881 Erin Well, Ericmouth, VT 18526

Phone: +3646804337094513

Job: Social Media Manager

Hobby: Juggling, Dancing, Fencing, Cross-Stitching, Card Games, Photography, Rowing

Introduction: My name is Jill Davis, I am a resolved, proficient, dazzling, Determined, multicolored, esteemed, accomplished person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.